Manager en jean/ tee-shirt/ baskets et tutoiement de rigueur, vous avez pensé vous sentir bien dans cette boîte aux airs de grande famille. Or, au fil des semaines et des mois, vous avez soudain découvert l’envers du décor. Un supérieur hiérarchique qui vous harcèle de messages à 23h30 (y compris le week-end), le même qui drague une de vos collègues en soirée, soit dit en passant.

Résultat, vous vous dites que le nombre de baby foot dans l’open space ne fait pas la bonne culture d’entreprise et que tous les voyages de team building à San Francisco et à Dubaï, ne vous feront pas oublier que vous avez besoin d’un cadre de travail… tout simplement professionnel.

Rassurez-vous, vous n’êtes pas le seul, on se penche sur la question de la culture de l’entreprise. Notion que les chefs d’entreprise d’aujourd’hui semblent parfois abandonner par refus (aveugle) du conservatisme.

Stop, je ne veux pas être cool

Biberonnés à la biographie de Steve Jobs, les startupers ont l’impression qu’il faut s’habiller comme un hipster et employer des mots comme « disruptif », « workshop » ou encore « wording » pour être intelligent.

La différence entre feu Mr Jobs et eux, c’est que le premier a vraiment imposé une culture d’entreprise forte (avant d’inonder le monde avec sa vision, bien joué). Tandis que les seconds tentent d’imposer une culture qui n’est pas la leur à des employés pas dupes.

Au secours, je ne sais pas quelle est ma culture d’entreprise

Revenons sur quelques conseils qui vous donneront une définition culture d’entreprise.

  1. Travaillez sur un mythe fondateur. Si ça se trouve, vous en avez déjà un mais vous le ne savez pas. Exemple : explicitez le contexte dans lequel l’idée de la boîte vous est venue. Les Américains aiment bien le pathos (« Je vivais dans un suburbs désargenté de Detroit avec une mère malade quand j’ai compris que j’allais accomplir de grandes choses dans ma vie »). Sur le Vieux Continent, on aime moins donc allez-y doucement.
  2. Mettez en place des rites d’entreprise. Non, on ne vous demande pas de vous transformer en Raël mais vous pouvez par exemple, organiser un séminaire d’entreprise à date fixe. Ça sera un moment de team building parfait où se mettent en place des comportements communs. Ça peut être des valeurs que l’on travaille lors d’ateliers ou d’épreuves sportives, par exemple.
  3. Créez de la cohésion. Attention, danger. On n’impose pas une culture organisationnelle à quelqu’un, on lui inculque en douceur. Pour cela, vous devez encourager les moments d’échange et de partage entre les employés (donc, arrêter de râler contre les pauses café intempestives). C’est le but du séminaire (qui décidément a l’air bien utile). Sans oublier de respecter les personnalités des membres de vos équipes, vous n’êtes pas là pour les aliéner.

Voilà pour les quelques pistes à travailler pour définir et créer la culture d’entreprise de votre société. À vous de réfléchir sur le sens que vous souhaitez donner à votre boîte et à ce que vous voulez partager avec vos employés.

C’est toujours mieux que de copier bêtement un système faussement cool, non ? Surtout si derrière la prétendue décontraction, les employés sont soumis à une pression constante.

Articles Récents